Il s'agit là du dossier d'un de mes étudiants en communication managériale lui permettant de clôturer l'année et de se faire évaluer. Voici ses propos :

Expression personnelle sur le Management d’équipe

I) L’analyse que je fais des notions apprises

Ces trois jours de formations ont été autant d’occasions d’apprendre des choses et de retenir ce qui m’a interpellé. Cela a aussi bien été des citations, des vérités générales ou des notions théoriques et pratiques. J’ai ainsi pris conscience au cours de ces 3 jours que l’expérience et le vécu sont bien plus importants que des informations descendantes que l’on peut apprendre tous les jours en cours. Et c’est pourquoi les séquences pratiques auxquelles nous avons participé ont été particulièrement enrichissantes. L’intérêt est par la suite de les mettre en valeur et en pratique par la suite dans la vie personnelles et professionnelle.

En début de formation, le fait que nous soyons une société où le risque est perçu comme une erreur m’a interpellé. En effet, je me suis rendu compte que nous avions besoin de beaucoup de sécurité mais qu’en réalité le risque faisait avancer et était partie intégrante d’un processus d’amélioration. Il faut donc changer notre perception des choses, avoir un savoir être important pour espérer changer et évoluer sans rester dans une configuration trop restreinte et qui inhibe toutes perspectives.

J’ai également retenu qu’il était important de gérer les individualités dans une perspective de travail dans n’importe quel groupe qu’il soit : un couple par exemple qui est composé de 3 personne (nous, l’autre et les 2). Cette difficulté réside dans le fait que chacun perçoit les choses communes différemment => le management est donc crucial mais aussi difficile de ce fait. Il faut donc faire attention à l’AUTRE qui est la notion centrale dans toutes nos actions : nous agissons toujours selon nous mais aussi selon l’autre et en sa direction. Ce stage était donc important pour apprendre des clés de compréhension et de " gestion " de l’AUTRE. Le fait de réfléchir avant d’agir s’inscrit d’ailleurs dans cette logique et est également une notion centrale et une chose cruciale à faire pour tout manager.

Une des solutions les plus fiables pour agir correctement avec l’autre, que j’ai retenu au cours de cette formation est qu’il faut communiquer selon des méthodes précises et avérées efficaces. La réunion par exemple est un outil efficace de communication mais aussi, par la même, de management. Sur ce thème du management, j’ai noté plusieurs éléments qu’il me paraît essentiel de prendre en compte pour que ce dernier soit le plus efficace possible :

- Il faut prendre conscience que la satisfaction des besoins est mieux que la satisfaction des désirs

- La connaissance, nécessaire dans la transmission des informations en management, passe par 3 étapes : l’apprentissage => l’autonomie => l’expertise

- Le manager peut répondre aux problèmes qu’il rencontre avec 3 solutions principales : agir sur les comportements pour améliorer la communication, motiver chacun des personnes à qui il a à faire pour les impliquer, utiliser des techniques précises.

- Le bon manager ne sera pas celui qui saura tout mais celui qui saura s’appuyer sur son équipe et en comprendre les complexités. C’est d’ailleurs cette logique qui je pense est la clé d’un bon management dans une logique sociétale où l’information est disponible à tout le monde.

La notion d’équipe m’a aussi intéressée et j’en ai retiré plusieurs informations. Tout d’abord, une chose logique mais que je considère comme particulièrement pertinente est qu’un travail d’équipe permet de fournir un résultat largement supérieur à ce que l’on pourrait faire tout seul : chacun a donc un rôle unique que le manager doit pouvoir relier avec chacun des autres rôles par une communication exemplaire. La notion de confiance et de respect est donc centrale dans un groupe et je dirais même primordiale. Comme l’équipe et l’esprit d’équipe se construisent progressivement, il faut qu’à chaque étape de sa constitution, le manager puisse instaurer un climat qui permette d’atteindre au mieux la maturité et que chacun se connaissent parfaitement pour être plus efficaces. Cependant cette tâche n’est pas aisée car chaque personne est unique par définition et qu’il faut donc savoir marier au mieux les personnalités de chacun. Et la chose devient d’autant plus difficile quand le groupe est nombreux ou que des facteurs interviennent de façon aléatoires : arrières pensées, conflits pour le leadership, absence de concertation. Pour cela, j’ai vraiment pris conscience qu’il était important de bien définir les rôles de chacun mais surtout d’arriver à identifier celui qui correspond le mieux à chacun et qui puisse s’intégrer naturellement au groupe. Ainsi la séance de travail sur la définition des différents rôles existants m’a bien servi. Elle a d’ailleurs été parfaitement complétée par la mise en pratique lors des simulations d’entretiens d’embauches que nous avons eu à faire à deux pour deviner le profil de l’autre. C’est un exercice difficile mais qui peut s’avérer être un outil précieux pour savoir à qui on s’adresse et adapter sa manière de communiquer en fonction.

Evidemment, tout le travail effectué sur la délégation s’inscrivait dans la continuité de ces notions et m’a donc également plu. J’ai principalement retenu que déléguer c’était faire faire mais qu’il y avait des façons de la mettre en place pour ne pas obtenir l’effet inverse : la démobilisation et le désintérêt des membres de l’équipe. Il faut donc donner des tâches précises à des personnes qui s’en sentent capables et qui acceptent d’y travailler : cela ne peut ainsi qu’améliorer l’efficacité. Il faut donc maîtriser l’information (et ne pas faire de rétention) pour agir de manière adéquate mais cela nécessite aussi de l’animateur qu’il ait la faculté d’ubiquité et surtout de l’empathie envers l’autre.

II) Ce que je souhaite mettre en pratique à l’avenir

Sur l’aspect pratique de ce stage, ce qui m’a le plus apporté a été mon expérience d’animateur et dont je pourrai me resservir si une occasion de management se présente dans le futur. Ma volonté de m’essayer à ce rôle a été principalement motivée par la nouveauté qu’il représentait pour moi et l’inconnu. J’avais envie de me tester dans une situation que je n’ai pas l’habitude d’occuper : je suis le plus souvent observateur de ce qui se passe et je l’analyse plutôt que d’être à la tête. Cependant ma façon de travailler (procéder logiquement et méthodiquement par des étapes concises) m’a beaucoup aidé à réussir ce défi. Cela se prêtait en effet bien au type de question et à la situation proposée. J’ai eu plaisir à mener ce groupe vers l’atteinte d’un objectif et je me suis rendu compte que cette fonction ne me déplaisait pas. Si j’avais à l’occuper par la suite, je ne pense pas que cela me dérangerait pas même si ici le fait que je connaisse les personnes a sûrement joué. Mon esprit analytique et organisé serait sûrement mon meilleur gage de réussite car la communication n’est pas habituellement mon point fort : ce fut d’ailleurs une raison de plus pour me tester dans cette position. Je pense cependant que cette fonction est plus facile à occuper quand on sait ce que l’on a à dire et que c’est préparé. A l’inverse certains préféreront ne pas tout préparer et avoir juste une trame, pas moi. Ainsi ce que j’aurai envie de mettre en pratique à l’avenir est cette faculté que j’ai eu à bien cadrer mon intervention et comment je comptais procéder, arriver à faire s’exprimer tout le monde et à bien alterner le temps de parole de chacun.

Dans cette logique, une pratique personnelle que j’aimerais appliquer , une fonction à occuper serait la responsabilité d’une équipe marketing vers l’atteinte d’un objectif quantitatif ou qualitatif. J’aime en effet décomposer mon travail et le fait d’avoir à repartir des missions à chaque personne de mon équipe en connaissant l’objectif à atteindre serait quelque chose qui me plairait. De plus ma volonté de faire des choses organisées et soignées rentrerait parfaitement dans cette optique. La démarche que je mettrais en place serait la suivante :

- Prendre connaissance de l’objectif à atteindre et le comprendre pour mieux l’appréhender.

- Le communiquer à mon équipe, en parler et le clarifier avec eux afin d’en estimer la faisabilité et les objections que chacun pourrait avoir. Cette étape est cruciale pour s’assurer que chacun comprenne ce que nous devons atteindre et s’assurer de la motivation de chacun à l’atteindre.

- Définir les différents rôles à atteindre et voir avec chacun ce qu’il souhaite faire (vérifier son accord).

- Mettre en place un planning de travail précis et réalistes par rapport aux subjections des membres de l’équipe.

- Evaluer les retours et le travail de chacun par des indicateurs précis dont chacun aura connaissance au préalable.

Ma volonté sera surtout de faire attention à ce que tout le monde sache ce que font les autres, qu’ils acceptent leurs tâches et soient motivés. Pour moi le facteur humain passe en priorité dans tout bon management et mon souci d’intégrer chacun sans exception se ressentira à chaque étape du travail. Mon objectif étant bien entendu de remplir les buts fixés avec le maximum d’efficacité.

Afin de mener à bien cette mission, toutes les notions que j’ai pu retenir dans la première partie seront précieuses et le gage d’un succès.

R I V A T M.

février 2006 -